Le nettoyage des résultats Google

Filed in Humeur-Humour , Web 8 comments

Un petit article de fond pour initier une réflexion, et pour dénoncer une dérive rampante sur l’internet belge.

Avec la popularité de Google mais également des médias sociaux, de nombreuses sociétés sont devenues soucieuses de leur “e-image”, à savoir de ce qu’on dit d’elles sur internet. Si certaines sociétés ont une expérience média et un certain recul avec les propos tenus sur internet (c’est en particulier vrai pour les plus grandes), d’autres, en particulier les PME, ont des réactions épidermiques sur les propos tenus par leurs clients sur facebook, twitter ou les blogs.

Ces derniers mois, les tribunaux se remplissent d’affaires de “diffamation” sur internet de société de petite à moyenne importance, de marques , d’indépendants, et d’artisans.

Le droit belge, particulièrement en défaveur du consommateur avec sa notion de “propos portant préjudice” permet en pratique de déposer plainte contre le moindre propos qui ne soit pas positif, sous prétexte qu’il affecte le chiffre d’affaire. La simple menace d’un tel procès (dont l’issue est incertaine et lointaine) suffit à faire retirer les propos sur bien des sites.

Ce qui résulte en un authentique nettoyage des résultats google de certaines entreprises. Une véritable chasse aux sorcières a lieu, et les affaires se règlent rarement au tribunal. L’avocat est ici instrumentalisé, et sert d’épouvantail pour l’auteur des propos “non positifs”. Peu de gens resteront fermes sur leur critique négative d’une société, quand bien même les propos relatés sont formulés posément, honnêtement et sont factuels et documentés.

L’internet des bisounours est en route . Le monde merveilleux d’un internet expurgé de propos dissonants sur la moindre marque de lave-vaisselle. Le monde des résultats Google idéaux contenant uniquement un site officiel, une page wikipedia, quelques comparateurs de prix et pour les plus imaginatifs l’un ou l’autre blog “bidon” édité par la société elle-même pour s’inventer une clientèle heureuse, et tout le reste fusillé à coups de courriers recommandés.

La solution passe par une réflexion politique. Il est grand temps d’y réfléchir.

Posté par ced   @   8 octobre 2010 8 commentaires

8 Comments

Commentaires
Author oct 8, 2010
11:56
#1 Pascal :

Merci Ced pour l’article.

Faut pas aller très loin pour avoir un exemple illustratif 😉

http://belgoit.be/election-de-proximedia-reactions-vives-ou-diffamation

oct 8, 2010
12:05
#2 ced :

Ce qui m’amène à dire que le consommateur (et par extension l’editeur) doit voir sa liberté d’expression mieux protégée a l’heure d’un google omniprésent qui sert d’écumoire aux marques pour trouver ce qu’on dit d’elles…

Il est anormal qu’il soit si simple d’effrayer les gens, et si compliqué d’avoir une avis sur la légalité ou non de propos tenus.
Dans les années 2000, chaque citoyen est un “micro journaliste”, publie du contenu (ne fus-ce que sur facebook ou twitter) et ne bénéficie *d’aucune* des protections du véritable journaliste.

jan 8, 2011
4:54
#3 jawacoco :

faut prenre ses responsabilités en évitant de mettre des avis pouvant être prouvés et maintenir son avis en faisant le plus e bruit possible au travers d’un max d’avis sur d’autres sites.

fév 24, 2011
1:02
#4 Rozzi :

Merci pour ce très bon article, c’est une thématique qui n’est pas très abordée… Par contre je ne crois pas du tout à l’internet des bisounours 😉

juin 17, 2011
8:06
#5 Sehr :

Et concernant les blogs est ce qu’il ya de nouvelles?

juin 21, 2011
5:39
#6 Videos :

Trés bonne analyse, malheureusement ce n’est pas limité aux marques; ça touche aussi les personnes. Voir les affaires d’ex-ministres ne supportant pas les remarques desagreables sur un site de video en ligne.

Trackbacks to this post.
Leave a Comment

Name

Email

Website

Previous Post
«
Next Post
»
CrossBlock designed by DeltaManual.Com  |  In conjunction with Web Hosting   |   Web Hosting   |   Reverse phone