Affaire PSN révèle l’illusion de la vie privée

Filed in Piratage , Web 11 comments

Le hacking du réseau PSN fait déborder ma coupe au point de prendre la plume après un long silence pour partager avec vous quelques réflexions sur le concept manifestement à géométrie variable de la vie privée dans la société de l’information.

Les médias en font leurs choux gras ; des hackers auraient accès, horreur, à votre pseudo sur le PSN, à la liste de jeux auxquels vous jouez, et peut-être à certains numéros de carte de crédit.

Certes, c’est regrettable, mais c’est un peu la face immergée de l’iceberg. Prenons un simple exemple ; la multiplication de la télé numérique (Voocorder, Belgacom TV, etc).
Si vous avez un décodeur de télé numérique, il y a une nuée de gens qui ont accès à un obscur serveur ou croupissent vos données les plus « privées » : chaque fois que vous zappez : ils le savent, ce que vous regardez, combien de temps, ce que vous enregistrez, bref absolument tout. Je ne parle même pas des employés, sous-traitants, intérimaires et peut être au final hackers qui pourront connaitre le détail de la moindre de vos soirées.
Les possibilités de datamining de ces informations renvoie Facebook dans le bac à sable. On pourra sans aucun problème déduire vos gouts et opinion diverses avec trois querys SQL.

Si l’idée de tout savoir de votre soirée vous indispose, la journée ne s’annonce pas meilleure : votre opérateur de téléphonie (quand ce n’est pas carrément votre  couteux téléphone lui-même) connait le moindre de vos déplacements, et surtout tout ceci est stocké sans que vous en ayez toujours conscience. Position, vitesse, appels, tout y est.

Pour faire vos courses, bien sûr votre banquier sait tout de ce que vous dépensez, mais si vous utilisez une carte de fidélité, l’enseigne stocke sur un disque dur l’heure précise de votre moindre achat de papier toilette.
Les effrayantes publicités papier « ciblées » de Colruyt que vous recevez peut-être prouvent s’il en était besoin que le moindre achat de paquet de chips est stocké sur un NAS  à un endroit dont vous ignorez tout, que ces données sont accessibles à dieu sait qui, et qu’au final vous n’en entendrez parler que si un hacker finit par y avoir accès.

Ne parlons pas d’internet : l’exemple de Facebook est bien connu ; tout le monde y est, et tout le monde leur délègue le droit de faire n’importe quoi avec des données intimes stockées dans un état américain que beaucoup auraient du mal à situer sur une carte. Il a par exemple été démontré que de gentils « robots » définissent votre profil non pas uniquement sur ce que vous renseignez, mais bien sur ce que vous dites dans vos messages privés. Un profil vide, échangeant un message privé parlant de baskets, verra promptement s’afficher des pubs pour des baskets. Mais ce sont « des robots » et donc personne ne va brûler des drapeaux pour si peu…

En fait il y a un monde entre ce qu’on pense être stocké, et ce qui est réellement stocké.
Un monde entre ce qu’on pense être utilisé, et ce qui est réellement utilisé.

Les « robots » et autres scripts de datamining ne salivent pas en lisant vos messages intimes, certes, mais ils n’ont également aucune conscience et aucune morale.

La vie privée, a l’heure des TIC, n’existe en réalité pas.
Vous avez une vie privée « virtuelle » pavée de conditions générales que vous n’avez jamais lues qui permettent à la plupart de vos intermédiaires de faire ce qu’ils veulent. Vous n’avez en réalité qu’une vie stockée dans plusieurs cases compartimentées.

Parfois une de ces cases est ouverte par un « pirate » et le monde se scandalise. Mais est le scandale : dans l’accès du pirate, qui n’est jamais qu’un quidam comme un autre ; ou dans la révélation soudaine et publique de l’ampleur inattendue du stockage ?

Posté par ced   @   28 avril 2011 11 commentaires

11 Comments

Commentaires
avr 28, 2011
11:27
#1 Tilto :

je trouve ton concept de ‘ vie stockée’ fort a propos. Et le droit a l’oublis dans tout ça….

avr 29, 2011
10:04
#2 Ced :

Je dois dire que j’ai inventé le concept en tapant l’article, et que j’en suis fier :)
Le droit à l’oubli est absolument une priorité. Au dela du simple droit de pouvoir demander à être oublié, les activités humaines n’ont pas été faites pour être stockées sur des délais aussi ridicules.

Pour reprendre l’exemple de Colruyt, il est anormal que dans plusieurs années, on puisse se rappeler que j’ai acheté un paquet de gaufres en promo. C’est “contre nature” quelque part.

A mon avis, cette décennie verra les premières lois de droit a l’oubli.

avr 29, 2011
11:23

Chouette article. “Affaire PSN” ah bon? L’article est intéressant, il brosse au travers de divers angles la notion de vie privée quand elle est connectée à l’informatique en général (plus large que internet)
Ce la permet de mettre les choses dans un contexte élargi.
Sympathique notion que la “Vie Stockée”

Pour ne pas cibler inutilement et réduire notre champs de vision , la carte Extra de Colruyt fonctionne comme toutes les autres cartes de fidélité d’ailleurs, Carte Delhaize, Cartes Carrefour, etc.

avr 29, 2011
12:21
#4 Ced :

Merci pour les gentils commentaires.

A ma connaissance Colruyt est le seul a envoyer des mailings papier “personnalisés” dans lesquels sont repris uniquement les produits qu’on achète, ce qui leur donne un aspect “effrayant” en ce qui me concerne : ils savent ce que j’achète, et ils le lient avec ou j’habite, et m’envoient un courrier chez moi.

Si Delhaize ou d’autres le font également, je serais intéressé de le savoir.
Ceci étant c’est une démarche volontaire ; pour ne plus que cela arrive, suffit d’arrêter d’utiliser la carte Extra, mais faudra pas que les mêmes gens qui en profitent crient au scandale le jour ou un hacker dévoile au monde votre consommation de Jupiler :)

avr 29, 2011
12:24
#5 Ced :

Ce que mon petit billet veut mettre en évidence, c’est l’effrayante somme de données stockées sur tout le monde; que ce soit sur le PSN Network, dans les grandes surfaces, les operateurs télécom, les réseaux de télé digitale.

Le hacking de ces données ne fait que remonter le loch ness à la surface ponctuellement, mais ca fait un moment que cette accumulation se fait.

On est habitué a un tel stockage intime par une banque, mais vous m’excuserez, j’ai du mal a comparer les procédures de sécurité d’une banque avec celles d’une superette, de Paris XL ou même de Tecteo.

mai 10, 2011
7:15
#6 Lulu :

“pirate, qui n’est jamais qu’un quidam comme un autre”

Heu, pas tout a fait quand même. Le quidam n’a, en général, pas la volonté de développer des compétences particulieres qui lui permettront l’accés a ces données.

mai 16, 2011
8:54

Je rejoins l’avis de Lulu, le pirate n’est pas un quidam. Ne pas confondre…

mai 25, 2011
11:06

Le petit pirate, celui qui va pirater l’ordinateur de simples personnes, peut être légèrement considérer comme un quidam. Après, ce sont ceux qui passent à la vitesse au dessus que l’on peut différencier.

Sur ton concept de vie stockée, c’est de plus en plus vrai aujourd’hui. L’ordinateur de certaines personnes est devenu comme une boite à souvenir, où l’on met toutes nos photos, des renseignements, … en gros, une importante partie de leur vie. Et cela peut être dangereux …. ou vachement confiant

mai 25, 2011
11:18
#9 iPhone 5 :

Tu ne parles pas des cookies dans ton article, c’est aussi un moyen de nous pister très puissant. Il suffit de voir la précision du ciblage des publicités affichées sur les sites qu’on visite…

juin 1, 2011
9:42
#10 ced :

nouvel article qui va dans le meme sens que le mien
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20110531_405

juin 5, 2011
10:03
#11 Lulu :

Sans oublier les navigateurs qui tracent integralement nos parcours sur le net.

Leave a Comment

Name

Email

Website

Previous Post
«
Next Post
»
CrossBlock designed by DeltaManual.Com  |  In conjunction with Web Hosting   |   Web Hosting   |   Reverse phone